“…you can hear whatever you want to hear in it, in a way that’s personal to you.”

James Vincent MCMORROW

Qualités de la musique

soigné (81) intense (77) groovy (71) Doux-amer (61) envoûtant (60) ludique (60) poignant (60) entraînant (55) original (53) élégant (50) communicatif (49) audacieux (48) lyrique (48) onirique (48) sombre (48) pénétrant (47) sensible (47) apaisé (46) lucide (44) attachant (43) hypnotique (43) vintage (43) engagé (38) Romantique (31) intemporel (31) Expérimental (30) frais (30) intimiste (30) orchestral (30) efficace (29) rugueux (29) spontané (29) contemplatif (26) fait main (26) varié (25) nocturne (24) extravagant (23) funky (23) puissant (22) sensuel (18) inquiétant (17) lourd (16) heureux (11) épique (11) Ambigu (10) culte (8) naturel (5)

Genres de musique

Trip Tips - Fanzine musical !

mardi 4 août 2009

The Go-Betweens - Oceans Apart


The Go-Betweens est un groupe australien qui a atteint un statut de culte, formé en 1977 très influent sur la scène internationale des années 80, et en écoutant cet album, on comprend aisément pourquoi. Les deux guitaristes Robert Forster (devant sur la photo) et Grant Mc Lennan construisent chacun à leur tour (Here Come a City pour Forster, Finding You pour McLennan, Born To a Family pour Forster, December pour McLennan, etc.) des pièces de rock indie sentimentales dont l’efficacité fait penser à R.E.M. A l’instar de Finding You, ce sont de belles chansons qui fonctionnent parce qu’elles sont dans une gamme majeure et dynamique, et dans un format classique efficace, dont l’enchainement constitue une « odyssée musicale » (Mojo). Mais déçoivent parfois par leur simplicité et leur aspect prédigéré. Un groupe pour radio de luxe, en quelque sorte, sorte de New Order alternatif. Oceans Apart est un album d’humeur globalement optimiste, malgré Here Come a City, intense morceau d’entrée qui fait planer une ombre, plus post-punk que pop, vite chassée par d’autres chansons plus légères comme Born To A Family. C’est cependant Here Comes… qui reste le plus longtemps à l’esprit, et on aurait aimé que le reste du disque soit de cet accabit. Il y a aussi le crépusculaire dans Darlinghurst Nights. L’ensemble sonne comme la revanche d’anciens qui ne s’avouent pas vaincus face à la déferlante de nouvelles saveurs et offrent un rock bien écrit et épuré, en renouant avec ce qui a fait leur succès déjà vingt ans avant, à savoir, entre autres, une collaboration avec Mark Wallis à la production. A obtenu le statut de classique (cinq étoiles) dans Mojo Magasine.

En octobre 2005, cet album remporta un ARIA award comme meilleur album contemporain. L’année suivante, Mclennan mourut dans son sommeil, à 48 ans. Peut être qu’Oceans Apart, n’est pas l’album qu’il aurait aimé laisser en testament à son public, mais somme toute, il y a largement assez de Go-Betweens si l’on regarde en arrière, puisque six albums étaient sortis jusqu’en 1989, notamment 16 Lover’s Lane en 1988 – quelque cousin au Green de R.E.M - et deux autres à la reformation du groupe après 2000. Sans doute qu’ils valent le coup que l’on creuse leur son, mais je retourne quant à moi à Accelerate - le son d'un groupe qui encore en mouvement.
  • Parution : 26 avril 2005
  • Label : Tuition (Europe)
  • A écouter : Here Comes A City, Finding You, Darlinghurst Nights.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...