“…you can hear whatever you want to hear in it, in a way that’s personal to you.”

James Vincent MCMORROW

Qualités de la musique

soigné (81) intense (77) groovy (71) Doux-amer (61) envoûtant (60) ludique (60) poignant (60) entraînant (55) original (53) élégant (50) communicatif (49) audacieux (48) lyrique (48) onirique (48) sombre (48) pénétrant (47) sensible (47) apaisé (46) lucide (44) attachant (43) hypnotique (43) vintage (43) engagé (38) Romantique (31) intemporel (31) Expérimental (30) frais (30) intimiste (30) orchestral (30) efficace (29) rugueux (29) spontané (29) contemplatif (26) fait main (26) varié (25) nocturne (24) extravagant (23) funky (23) puissant (22) sensuel (18) inquiétant (17) lourd (16) heureux (11) épique (11) Ambigu (10) culte (8) naturel (5)

Genres de musique

Trip Tips - Fanzine musical !

dimanche 2 septembre 2018

BRIGID MAE POWER - The Two Worlds (2018)





Au tournant de l'album, l’intrigante Down in The Ground décrit le tiraillement de la chanteuse entre intensité et besoin de flotter, la tête dans les nuages, égarée dans les saisons. Elle chante de trouver cet équilibre entre ciel et terre, entre félicité légère et conscience aiguë d'une condition qu'elle ne peut outrepasser. Elle ne sait pas, ne veut pas marcher sur la terre dans cette forme, par fantaisie ou par urgence de trouver ailleurs autre chose. Et tout son background musical est à l'avenant : dans la première seconde du morceau, ils sont confiés à une élévation, une légèreté et toute a chanson va se délivrer avec abandon. Brigid Mae Power est sans fardeau. La voix, comme la guitare acoustique amplifiée, est un instrument qui prolonge les notes et enroule les mots, allège les syllabes d'une langue irlandaise que l'on a entendue chez d'autres scandée ou ostensiblement articulée. Brigid Mae Power ne l'a pas réalisé jusqu'à ce qu'on lui décrive : les mots s'effilochaient, dans un temps qui ne lui paraissait pas si long, un feeling naturel, provenant de cette sensation agréable de ne pas toucher terre, éviter la trivialité.

On peut trouver de la spiritualité à ces mantras de guitare, de piano, d'orgue et de percussions, ou simplement de merveilleuses mélodies qui se déroulent au rythme de la marche, du rêve, une cadence si sereine qu'elle suscite une acuité spéciale. A l'heure où on nous incite à utiliser notre temps de sommeil pour faire de la méditation ou du yoga plutôt (ce que Brigid Mae Power pratique elle-même), son album vient sublimer les sens de l'esprit bien reposé qui l'écoute attentivement. Personne ne semble plus s'intéresser aux bénéfices d'un cerveau restauré. Pouvoir impliquer sa concentration, et sa mémoire, dans une cette écoute aux réminiscences si profondes, aux sensations si changeantes, troublantes, est un régal. Brigid Mae Power est en marche elle aussi, et reporte avec un regard profond et un sourire léger pourquoi cet état de rêve éveillé s'est emparé d'elle, quelles sont les obligations et les cas de conscience qui l'on laissée les sens en alerte mais le sommeil dur à venir. Le harcèlement, le regret de ne pas avoir fait taire un importun, même à l'intérieur de sa famille, quand des paroles devaient la marquer. Trop tard. Ici, fini les mots qui frappent, les mots faciles lâchés pour blesser, ou pour s'en tirer à bon compte. Les mots chantés réparent ces situations d'inconséquence.

Avec cet album, Brigid Mae Power dépasse les genres, nous envoie des signaux depuis les tréfonds de son univers personnel et y parvient tellement bien qu'elle en fait une œuvre sans comparaison. Les artistes contemplatifs ne manquent pas, ou ceux qui ont utilisé des formes familières, le folk la country, pour faire le jeu de leur sentiments vertigineux, s'élevant au détour d'une chanson au dessus de leur musique, comme une âme qui aurait enfin la capacité de veiller furtivement sur l'artiste. Chez Power, cet état n'est pas furtif, il est pleinement assumé.

Is My Presence in the Room Enough for You? suscite une impression d'isolation, chantée comme depuis le fond de la mer. Les chansons au piano nous font retourner aux origines de Brigid Mae Power, dans ses premières chansons, déambulations où son passé et son présent se rencontrent, les choses qu'elle ne maîtrisait pas à ses débuts toujours laissées à ce stade d'incertitude. How's is Your New Home est une promenade sous les arbres dans un parc secret, un tour du propriétaire venu du fond des âges.

Peter Broderick, musicien prolifique dont les albums produisent aussi ce sentiment d 'isolation transcendantale, joue les instruments qui ne sont pas pris en main par sa compagne.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...