“…you can hear whatever you want to hear in it, in a way that’s personal to you.”

James Vincent MCMORROW

Qualités de la musique

soigné (81) intense (77) groovy (71) Doux-amer (61) envoûtant (60) ludique (60) poignant (60) entraînant (55) original (53) élégant (50) communicatif (49) audacieux (48) lyrique (48) onirique (48) sombre (48) pénétrant (47) sensible (47) apaisé (46) lucide (44) attachant (43) hypnotique (43) vintage (43) engagé (38) Romantique (31) intemporel (31) Expérimental (30) frais (30) intimiste (30) orchestral (30) efficace (29) rugueux (29) spontané (29) contemplatif (26) fait main (26) varié (25) nocturne (24) extravagant (23) funky (23) puissant (22) sensuel (18) inquiétant (17) lourd (16) heureux (11) épique (11) Ambigu (10) culte (8) naturel (5)

Genres de musique

Trip Tips - Fanzine musical !

dimanche 2 septembre 2012

Scott Kelly - The Forgiven Ghost in Me (2012)





Parution : Août 2012
Label : Neurot Recordings
Genre : Americana, Auteur
A écouter : The Forgiven Ghost in Me, We Let the Hell Come, The Sun is Dreaming in The Soul

OO
Qualités : sombre

Les visions apocalyptiques du groupe culte d'Oakland, Neurosis, sont toujours contrebalancées par un espoir de rédemption ; ainsi ce tiraillement vital est encore évoqué dans le titre de leur nouvel album, Honor Found in Decay (2012), avec lequel ils fêtent leurs 25 ans de carrière. L'histoire retiendra comment ils ont emprunté le sentier chaotique d'un hardcore relativement anodin pour rapidement déboucher sur des tableaux furieux et épiques qui illustraient toujours la somme exacte de leurs angoisses mais aussi de leurs espoirs, de leur sincérité. Leur cheminement artistique a été somme toute assez étroit et c'est un compliment  ; ils ont gardé à l'esprit, de façon extrêmement claire, ce qu'ils voulaient exprimer, se renouvelant à chaque fois avec plus de subtilité. Scott Kelly, l'un des 2 chanteurs du groupe, a joué un rôle important dans ce dévouement à des thèmes récurrents, obsédants – le feu, l'apocalypse et ses charniers, le passage d'un monde onirique à un autre, les vagues purificatrices. L'un des grands mérites de Kelly en tant qu'artiste a été de contribuer avec ses mots, avec sa façon bien spécifique de broyer du noir, à préserver l'intégrité au sein de Neurosis.


Mais avait t-il vraiment le choix ? Ses albums en solo démontrent qu'il n'y a pas d'autre chemin pour lui qu'une guerre éternelle entre ses sombres contemplations et de brefs éclats de jour qui peuvent lui laisser espérer une rédemption prochaine. « J'aimerais que les chansons qui me viennent soient différentes, révèle t-il dans une interview en août 2012. J'aimerais ne pas canaliser cela, car ça craint, la plupart du temps. C'est des choses ardues. Heureusement, il y a aussi sur ce disque des choses nouvelles, plus légères, et je suis reconnaissant pour cela. » Lorsque Scott Kelly joue de sa guitare acoustique, ces chansons lui viennent naturellement, dans une inspiration qui n'a jamais cessé, et elles sont irrépressiblement sombres. En somme, parfaitement adaptées à sa voix caverneuse. Tout le propos de The Forgiven Ghost in Me est de le montrer libre de toute crainte à l'idée de partager ses véritables sentiments. L'un de ses amis le présenta ainsi : « Seul un véritable artiste peut s'exposer de façon aussi complète et décidée ; si focalisé sur la vérité, la rédemption et la réparation ; si à l'écoute de la chanson qu'il a toujours à l'intérieur de lui même. »


« Une de mes forces, c'est de ressentir comment s'écoulent les choses. Si tu me donnes 8 chansons, je peux te donner l'ordre dans lequel elles devraient être, afin de peindre l'image qui est dans ma tête. Il y a toujours un ordre à respecter. Tu dois dévoiler les choses au bon moment.» Ainsi The Forgiven Ghost in Me commence et se termine par 2 chansons au ton légèrement plus optimiste que les autres ; A Spirit Redeemed To The Sun parle de se laver le sang de ses mains et du désir qui permet au chanteur de se préserver de l'abîme. La chanson titre, possède aussi une forme de chaleur qui la différencie de ce qui vitent ensuite. Des chansons telles que Within Blood, We Let the Hell Come (sans doute le moment clef de l'album) et The Field that Surround Me constituent le cœur noir de cette progression, qui devient plus riche et plus profond au fur et à mesure que s'ajoutent aux projections lyriques d'images de sang et de brûlures les contributions subtiles de Noah Landis (qui se charge de suggérer le froid de l'espace) et de Greg Dale à la guitare slide et électrique.


Leurs extrapolations des accords joués de façon minimaliste par Kelly renouvellent l'intérêt de l'auditeur, les mélodies entrelacées lui permettent de se laisser guider vers le prochain couplet, et chaque couplet est une expérience intense, catharsis dont le prix est particulièrement élevé. « Nous avons tout laissé flotter librement et enregistré live », confie Kelly, qui reconnaît aussi s'inspirer du talent du sorcier de l'americana Townes Van Zandt. The Forgiven Ghost in Me s'inscrit naturellement dans le sillage de Spirit Bound Flesh – enregistré en 2000, en parallèle de A Sun That Never Sets qui introduisait des éléments folk dans Neurosis – et l'hypnotique The Wake (2008). Kelly se fend finalement d'un commentaire sur son amitié avec Noah Landis : « Nous travaillions ensemble même avant Neurosis. Il avait collecté des sons et nous restions debout toute la nuit pour travailler sur ces sons et les assembler. » C'est ensemble qu'ils ont réussit une chanson aussi profonde que We Let the Hell Come ; d'où l'insistance de Kelly pour créditer sous le nom de The Road Home, ces amis de 30 ans qui, comme lui, préfèrent l'ombre à la lumière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...