“…you can hear whatever you want to hear in it, in a way that’s personal to you.”

James Vincent MCMORROW

Qualités de la musique

soigné (81) intense (77) groovy (71) Doux-amer (61) envoûtant (60) ludique (60) poignant (60) entraînant (55) original (53) élégant (50) communicatif (49) audacieux (48) lyrique (48) onirique (48) sombre (48) pénétrant (47) sensible (47) apaisé (46) lucide (44) attachant (43) hypnotique (43) vintage (43) engagé (38) Romantique (31) intemporel (31) Expérimental (30) frais (30) intimiste (30) orchestral (30) efficace (29) rugueux (29) spontané (29) contemplatif (26) fait main (26) varié (25) nocturne (24) extravagant (23) funky (23) puissant (22) sensuel (18) inquiétant (17) lourd (16) heureux (11) épique (11) Ambigu (10) culte (8) naturel (5)

Genres de musique

Trip Tips - Fanzine musical !

jeudi 28 mai 2015

OTHER LIVES - Rituals (2015)





OO
élégant, soigné, 
Indie folk, orchestral

L’attente accumulée pendant les quatre années qui ont suivi Tamer Animals semble avoir déboussolé les amateurs du groupe, qui s’attendaient peut-être à ce que la tension cinématique de cet album suscite un grand mouvement passant les codes et les mythologies de l’Amérique rurale au filtre d’une élégance éperdue. S’il y a une confirmation, c’est qu’Other Lives persistent dans l'élégance éperdue' et endossent l‘autre facette de l’homme , animal 'le mieux dressé' qui est de se laisser entraîner, dériver, divaguer. Ce n’est presque pas une surprise, si, prêtant une oreille distraite à ce disque, il est si déroutant, sans début ni fin.

En comparaison, Tamer Animals (et son single hanté par l’ambition d’un personnage de cinéma, For 12), était limpide dans son Americana, évoquant un western existentialiste. L’album marquait la nécessité de choisir son camp, du point de vue musical et émotionnel. L’indie folk ne contient chez Other Lives qu’un fil ténu de séduction et d’humour, remplacés par une pleine mélancolie et une résignation passant par toutes les teintes de l’ocre jaune du désert aux sépia de la poussière. Cet album-là, dû à un quintet, décrivait leur vie dans l’Oklahoma. Le groupe a déménagé, emporté leur talents multi-instrumentistes et leurs passions pour des musiques non ‘populaires’ – leur charme autant que leur malédiction - avec eux. Pour ce désormais trio, l’essentiel était de rester centrés sur leur identité naturelle, définie par le mouvement, l’ailleurs, l’homme en lui-même et confronté au grand dehors.

« I could never decide » chante Jesse Tabish sur Beat Primal, une de ces mélopées explorant les multiples facettes de l’Homme, comme dans une tentative de figer l’indicible condition en une sculpture sonore de trois minutes et demie. Trois minutes et demie dans un album de près d’une heure, et cette question : combien de temps, cette fois, le groupe a-t-il pris pour choisir quelle musique enregistrer, et comment superposer les strates si nombreuses qui sont leur façon de faire – chaque chanson contenant par exemple entre 20 et 30 trames de percussions différentes ? Le groupe tient son talent de la volonté d’utiliser les sons comme des couleurs. C’est une contrainte qui peut donner des résultats illimités. Décrivant ce nouvel album, Jesse Tabish l’a qualifié  de vaste, étrange et multicolore – juste à l’image de la pochette, tout semble propulsé à partir de couleurs primaires se mélangeant en de longues traînées irisées. Dans une prouesse sous-estimée, ils plient une narration grandiose en une transe d’ethnologie lyrique.


Il ne faut pas trop se laisser happer par les profondeurs vertigineuses auxquelles nous convient le groupe et les douze musiciens invités à apporter des arrangements gracieux à l’album. Chaque chanson pourrait être définie par ce qu’elle tente de produire chez l’auditeur, et ce qu’elle provoque vraiment. Fair Weather et Pattern ne semblent qu’un avant-goût, puis vient la déclaration d’intention, Reconfiguration, qui dans sa vidéo sublime le thème du duel - ou de la dualité. New Fog et 2 Pyramids, au cœur de l’album, sont à chaque écoute une source d’émerveillement ; English Summer et ses arpèges précieux rayonnent, puis For the Last et ces notes évoquant celles de l’homme à l’harmonica dans Il était une Fois dans l’Ouest donne une dimension presque grandiloquente à cette beauté. S’il fallait ne retenir qu’une seul repère, on peut se saisir de l’affirmation de Tabish que nous sommes des ‘créatures de rituel’ sur la chanson-titre à la fin, une réflexion complémentaire à l’observation que nous ne sommes que les ‘animaux les mieux dressés’ sur le précédent album.  Quelques repères de plus seront nécessaires pour pleinement profiter de cette œuvre foisonnante, montrant un groupe à l’encontre des tendances, qui se laisse porter par sa propre maestria.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...