“…you can hear whatever you want to hear in it, in a way that’s personal to you.”

James Vincent MCMORROW

Qualités de la musique

soigné (81) intense (77) groovy (71) Doux-amer (61) envoûtant (60) ludique (60) poignant (60) entraînant (55) original (53) élégant (50) communicatif (49) audacieux (48) lyrique (48) onirique (48) sombre (48) pénétrant (47) sensible (47) apaisé (46) lucide (44) attachant (43) hypnotique (43) vintage (43) engagé (38) Romantique (31) intemporel (31) Expérimental (30) frais (30) intimiste (30) orchestral (30) efficace (29) rugueux (29) spontané (29) contemplatif (26) fait main (26) varié (25) nocturne (24) extravagant (23) funky (23) puissant (22) sensuel (18) inquiétant (17) lourd (16) heureux (11) épique (11) Ambigu (10) culte (8) naturel (5)

Genres de musique

Trip Tips - Fanzine musical !

dimanche 25 mars 2012

The Shins - Port of Morrow (2012)


Parution : mars 2012
Label : Columbia
Genre : pop rock, indie rock
A écouter : Simple Song, September, 40 Mark Strasse

°°
Qualités : soigné

« J'aimerais avoir devant moi les paroles de l'album car je sais qu'elle sont fantastiques », s'exclame un amoureux des Shins à l'heure de la musique numérique et désincarnée, avant de redonner chair à sa passion en citant l'une de ces paroles, reconnues à l'oreille  : « Long before you were born, you were always to be a dagger floating straight to their heart. »

La façon dont Mercer polarise la créativité des Shins a de quoi décevoir ceux qui attendent d'un groupe la camaraderie créative, le partage équitable des tâches, ceux qui s'attendent à ce que le bassiste soit l'auteur de sa ligne de basse. Port of Morrow plane haut-dessus de ces considérations matérielles, pour ne laisser que le goût du travail accompli, et sa qualité évidente. Mercer, marié, père de deux enfants, et un projet avec Danger Mouse (de Gnarls Barkley) dans les jambes, passe l'année 2011 à la conception minutieuse de cet album. Tout est dans le détail : émotion et technique doivent trouver dans chaque chanson leur point d'entente.

il est désormais enclin à écrire de belles phrases qui commentent la vie de façon plus générale

Le claviériste Marty Crandall et le batteur Jesse Sandoval ont quitté les Shins au printemps 2009. Le groupe existait depuis 1996, et l'on pouvait s'attendre à ce qu'il disparaisse. Quand il reparaît en 2011, le bassite/guitariste Dave Hernandez est absent à son tour. Heureusement, James Mercer a tout de l'artiste patient, que la crise de la quarantaine (il est né en 1970) n'ébranle pas. La disparition de musiciens (qui sont restés ses amis) n'affecte pas les Shins ; Mercer les renouvelle, et sait que, s'il ne change pas sa manière d'aborder la musique, le 'groupe' ne s'alt-rera pas. Les chansons naissent dans son esprit, garden state d'une création paisible et assurée. La culture musicale alternative est ancrée en lui, et plus spécialement celle des groupes à auteurs qui se sont paisiblement fait une place plus que décente dans le canon rock ; Neutral Milk Hotel, The Lilys. Il aborde un disque par l'écriture, sans que ce soit en réaction à une expérience, mais plutôt avec la curiosité de celui qui veut faire le point sur ce qu'il a à raconter. Capable de mélancolie, encore sur le précédent Wincing the Night Away (2008), il est désormais enclin à écrire de belles phrases qui commentent la vie de façon plus générale, avec le même type de légèreté teintée d'amertume que certains réalisateurs indé mettent dans leurs films aux personnages attachants et faussement naïfs.

Les textes appellent une musique enlevée et détaillée. On sent rapidement que Mercer a voulu porter les Shins à une nouvelle perfection en termes de palette sonore et de structures. Les chansons sont produites avec goût et diversité par Greg Krustin (Red Hot Chili Peppers, Flaming Lips, chaque couplet, chaque pont faisant l'objet d'une attention particulière ; percussions diverses, cordes, chœurs discrets mais pourtant remarquables. Ainsi que le chanteur l'a voulu, ce luxe sonore permet de souligner la qualité des compositions sans les alourdir. Une hiérarchie des dimensions précise est à l’œuvre ; les refrains rappellent The Who, les couplets sont aussi clairs que sophistiqués, de telle sorte que l'auditeur est en confort, et ressent même une sorte d'euphorie lorsque un morceau se laisse aller à des sinuosités (les superbes September et 40 Mark Strasse). La plupart d'entre eux sont cependant ramassés autour de trois minutes, pour devenir des tubes (It's Only Life, No Way Down) et font de Port of Morrow l'album grand public que tout producteur rêve d'offrir à son groupe indie favori. Les clins d'oeil harmoniques à Queen ou David Bowie ne sont rendus possibles que grâce aux belles capacités vocales de Mercer. En matière de voix, on pense aussi à l’enthousiasme balayé d'un soupçon d'amertume de Avi Buffalo, un jeune groupe qui nous avait enchantés en 2010 avec son premier album et en particulier la chanson What's in It For. Port of Morrow sera l'une des plus belles réussites de rock indie de l'année 2012.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...