“…you can hear whatever you want to hear in it, in a way that’s personal to you.”

James Vincent MCMORROW

Qualités de la musique

soigné (81) intense (77) groovy (71) Doux-amer (61) envoûtant (60) ludique (60) poignant (60) entraînant (55) original (53) élégant (50) communicatif (49) audacieux (48) lyrique (48) onirique (48) sombre (48) pénétrant (47) sensible (47) apaisé (46) lucide (44) attachant (43) hypnotique (43) vintage (43) engagé (38) Romantique (31) intemporel (31) Expérimental (30) frais (30) intimiste (30) orchestral (30) efficace (29) rugueux (29) spontané (29) contemplatif (26) fait main (26) varié (25) nocturne (24) extravagant (23) funky (23) puissant (22) sensuel (18) inquiétant (17) lourd (16) heureux (11) épique (11) Ambigu (10) culte (8) naturel (5)

Genres de musique

Trip Tips - Fanzine musical !

mercredi 29 avril 2015

MOHAMED ABOZEKRY & HEEJAZ EXTENDED - Ring Road (2015)




O
ludique, audacieux, 
jazz

Le oud, sorte de luth Egyptien, est un instrument dont la sonorité est à mi-chemin entre un luth indien et une guitare sèche amplifiée. Onze cordes puissantes, qui évoquent aussi les mystères de la harpe et qui font merveille combinés ici à un combo jazz comprenant notamment un piano profond, et saxophone mélancolique. Ring Road évoque la traversée des souks, les villes d'Orient fourmillant d'activité humaine, où chaque scène urbaine en cache une autre. Pour son ambition, Mohamed Abozekry, surnommé le prodigue du oud avant même d'avoir atteint 20 ans, sera taxé de fiévreux, d'empressé, ou de vouloir trop en faire, en combinant les traditions égyptiennes tout en déployant des transes qui en veulent à Coltrane (John, ou plutôt Alice ?). Transit est envoûtante, dans une construction filant la phrase mélodie jusqu'à la fin, reprenant la mélancolie là où elle a été laissé en suspends pour se lancer dans une course effrénée. Le tempo accélère encore sur Poisson Rouge. On pense parfois aux scènes les plus élégantes d'un film noir. Un album pour les amateurs de notes et de mélodies qui fleurissent, comme celle au bout de trois minutes sur Serague, entre deux rives contemplatives. Sabir est plus enlevée, entraînant une conversation où la contrebasse devient particulièrement savoureuse. Là, on est dans le jeu et le plaisir musicien à l'état pur, approchant le free-jazz, alors que se dessinait ailleurs la possibilité d'un mambo et le dialogue des cultures méditerranéennes.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...